L’étrange théorie des faux souvenirs

Chaque instant de notre vie, chaque rencontre, chaque événement, tout ce qu’il nous reste de notre passé, ce ne sont que des souvenirs dans un petit coin de notre cerveau. Ce sont ces souvenirs qui forgent notre caractère, notre tempérament et notre identité, qui influencent nos choix et nos décisions sur la base de notre vécu. Ou peut-être… de ce que nous croyons être notre vécu. Et si nous ne pouvions pas nous fier à nos propres souvenirs et à notre propre passé ? C’est bien ce que semble affirmer l’inquiétante théorie des faux-souvenirs.

Heu… les faux-quoi ?

Les faux-souvenirs induits sont des souvenirs implantés chez une personne à partir d’informations fausses qui lui ont été suggérées. Tout simplement.

La pionnière dans le domaine, c’est Elizabeth Loftus de l’université de Californie qui a passé plus de 30 ans sur le délicat sujet et qui est la Number One des expertes appelées dans les tribunaux dans des affaires de crimes sexuels ou meurtres pour discréditer certains témoins victimes de ces faux souvenirs.

Son équipe et d’autres psychiatres ont démontré toute l’étendue du domaine, notamment en injectant à leurs sujets les faux-souvenirs d’avoir disparu dans une grande surface, d’avoir commis des délits ou même d’avoir rencontré Bugs Bunny a Disney World ! (Bugs Bunny qui est un personnage Warner Bros bandes d’incultes).

Cette technique d’injection de faux souvenir en utilisant l’affiche ci-dessous de Bugs Bunny a Disneyland a été LA technique pour discréditer les nombreuses critiques à l’égard de Loftus. L’objectif était de s’assurer que le souvenir que l’on injectait au sujet avait 100% de chances de n’avoir jamais eu lieu. Malgré une enquête sur toute sa famille, les scientifiques ne pouvaient jamais exclure que le sujet n’avait pas réellement disparu dans son enfance dans une grande surface ou autre souvenirs qu’ils tentaient de leur injecter. Mais Bugs Bunny à Disneyland, impossible. Pourtant, une fois injecté, il a été extrêmement difficile de convaincre ces sujets que ça n’avait jamais eu lieu.

Affiche publicitaire utilisée pour encourager les sujets à se remémorer avoir vu Bugs Bunny à disney.
Source : Planting misinformation in the human mind:
A 30-year investigation of the malleability
of memory, Elizabeth Loftus

Comment ça, injecter ?

Concrètement, ils ont simplement insisté sur l’existence réelle de ce souvenir auprès du sujet, en essayant de le faire trifouiller dans sa mémoire, avec quelques compétences de manipulation mentale et avec des chances de réussite élevées si le souvenir est assez lointain.

Dans les études menées par Loftus, les scientifiques se sont rendus compte qu’avec quelques séances de travail, les sujets étaient capables de se remémorer des faux souvenirs avec une précision déconcertante. Les individus pouvaient se « remémorer » des détails extrêmement précis, parfois même qui ne leur avait pas du tout été suggérés et qui n’était que le fruit de leur imagination.

Mais Loftus a également démontré qu’un souvenir d’un même événement pouvait complètement changer rien qu’en modifiant UN SEUL mot dans la question posée au sujet. Un mot. Et cette technique vicieuse a été incriminée dans de nombreux interrogatoires qui avaient tendance à réveiller des étranges souvenirs chez certains témoins. Pour te donner un exemple concret, lorsque 2 groupes d’individus regardaient une même vidéo d’une voiture qui roulait à une certaine vitesse, demander « à quelle vitesse avançait la voiture ? » amenait à une réponse de vitesse plus faible que lorsque l’on demandait « à quelle vitesse filait la voiture? ». Pourtant, tout le monde a vu la même vidéo mais en ont un souvenir foncièrement différemment.

Alors finalement, ça ne semble pas très grave comme ça. Mais si la réponse a cette question va influencer le procès d’un Homme, ça devient tout de suite dramatique.

Oui mais… qu’est ce qu’on peut m’injecter ?

Ces désinformations peuvent varier de simples détails pour modifier tes souvenirs (comme changer un objet en un autre) mais aussi te laisser te persuader avec une certitude affirmée que tu as fait partie d’une secte sataniste, que tu as été victime d’inceste, que tu as été enlevé par des extra-terrestres ou que tu possèdes 120 personnalités (dont un canard) pour refouler ces fameux souvenirs traumatisants. Et là, ça devient flippant, non ?

Dans les années 80, cette technique a été, à son insu, sur-utilisée dans des thérapies de psychanalyses et le nombre de procès pour inceste a explosé. Par son principe d’aller chercher dans l’inconscient des souvenirs refoulés, de nombreux psychanalystes ont utilisés des méthodes parfois un peu maladroites et les tribunaux se sont vus multipliés leur nombre de procès suite à ces thérapies. Depuis lors, certains thérapeutes ont revu leurs méthodes de fonctionnement…

Mais comment c’est POSSIBLE ?!

Neurone

Pourquoi ton cerveau, ordinateur le plus performant au monde, permet-il une implantation aussi trompeuse parmi tes souvenirs ? Sache que ton ami le cerveau déteste 2 choses par-dessus tout :

  • Les trous
  • Les contradictions

Alors, quand tu essayes de te souvenir d’un événement mais qu’il te manque des bribes d’information : non seulement, ça fait des trous dans le récit mais en plus ça contredit le récit puisqu’il devient incohérent. Et ton cerveau, puisque de toute façon il est le seul maître à bord, il va régler la situation à sa façon. C’est également de cette manière que tu deviens ta propre victime en t’injectant toi-même de faux souvenirs.

De la même manière que lorsque tu essayes d’accéder à un souvenir et qu’on t’implante une fausse information, tu es face à une contradiction et ton cerveau doit faire un choix. Si l’information est injectée correctement… Il fait le mauvais choix et toi, tu vas y croire dur comme fer.

En conclusion

Sans vouloir t’inquiéter, n’importe qui, voire toi-même, peut t’injecter avec une facilité déconcertante des souvenirs absolument faux et remettre en cause toute ton identité et tout ce que tu as toujours cru être vrai à propos de ton existence. Alors réfléchis-y… 

Pour aller plus loin :
L’article de Elizabeth Loftus
Un article pour compléter
Wikipédia sur les Faux souvenirs
Les sceptiques du Québec

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.